Accueil Droit & Patrimoine Le dépistage organisé du cancer du sein

Le dépistage organisé du cancer du sein

558

Le dépistage organisé du cancer du sein, mis en œuvre par les pouvoirs publics et généralisé sur l’ensemble du territoire depuis 2004, est proposé tous les deux ans aux femmes âgées de 50 à 74 ans. Ce dépistage est pris en charge à 100% par l’Assurance maladie, sans avance de frais. Les mammographies normales sont systématiquement relues par un second radiologue, pour plus de qualité et de fiabilité. Le dépistage est géré au niveau départemental par des structures dites structures de gestion.

Le cancer su sein

Le cancer du sein est une tumeur maligne de la glande mammaire. Chaque sein contient une glande mammaire et du tissu de soutien contenant des vaisseaux, des fibres et de la graisse. La glande mammaire est constituée de lobules et de canaux galactophores. Le rôle des lobules est de produire le lait en période d’allaitement. Les canaux transportent alors le lait vers le mamelon.

Lors d’un cancer du sein, les cellules des glandes mammaires se multiplient de manière désordonnée jusqu’à créer une tumeur, qui peut ensuite s’attaquer aux tissus sains avoisinants.

Il existe différents stades de développement du cancer du sein, en fonction de la taille et du degré d’extension de la tumeur. Quand les cellules cancéreuses se trouvent uniquement à l’intérieur des canaux galactophores, sans avoir infiltré le tissu qui les entoure, le cancer est dit « in situ ». Ce type de tumeur se soigne très bien : une guérison est obtenue dans neuf cas sur dix.

Néanmoins, la majorité des cancers du sein diagnostiqués sont dits « invasifs » ou infiltrants. Ils peuvent être découverts à un stade précoce, quand ils sont encore circonscrits, ou à un stade plus avancé si les cellules cancéreuses se sont déjà propagées dans les ganglions situés dans le creux des aisselles (envahissement ganglionnaire), ou dans les os ou d’autres organes (métastases).

Le cancer du sein est à la fois le plus fréquent et le plus meurtrier des cancers chez la femme. En 2012, on estimait le nombre de nouveaux cas de ce cancer en France à 48 800 et le nombre de décès, à 11 886.

Statistiquement, une femme sur 8 sera confrontée au cancer du sein au cours de sa vie.

Dans moins de 1% des cas, ce cancer peut aussi apparaître chez l’homme. Il est alors souvent de mauvais pronostic car diagnostiqué tardivement, alors qu’il est déjà symptomatique.

Détecté à un stade précoce, le cancer du sein fait partie des cancers ayant un bon pronostic. Quand la tumeur fait moins d’1 cm et ne présente pas d’envahissement ganglionnaire, elle peut être guérie dans 9 cas sur 10. D’où l’intérêt de pouvoir dépister ce cancer le plus tôt possible, lorsqu’il est possible de le traiter efficacement et avec des thérapeutiques potentiellement moins lourdes pour la patiente.

Quels sont les facteurs de risque ?

Le cancer du sein est une maladie multifactorielle : sa survenue peut avoir plusieurs causes.

On connaît un certain nombre de ses facteurs de risque, même s’il existe encore des incertitudes quant à leur poids dans la manifestation de ce type de cancer.

Les principaux facteurs de risque sont les suivants :

■ le sexe (plus de 99% de ces cancers touchent les femmes),

■ l’âge (les deux tiers des cancers se déclarent après 50 ans),

■ les antécédents personnels de cancer,

■ les antécédents familiaux de cancer,

■ certaines prédispositions génétiques.

S’y ajoutent des facteurs externes, liés à l’environnement ou aux conditions de vie : le tabagisme, la consommation d’alcool, le surpoids et la sédentarité, ou encore l’exposition de l’organisme à certaines hormones, notamment les œstrogènes de synthèse (lors de traitements hormonaux substitutifs après la ménopause, par exemple).

Les signes à prendre en compte

Des changements inhabituels doivent être signalés à votre médecin, sans pour autant que cela signifie que vous ayez un cancer.

■ nodule, boule, grosseur dans le sein ou au niveau des aisselles

■ anomalie de la forme des seins

■ rétraction de la peau ou du mamelon

■ rougeur, oedème ou aspect de peau d’orange

■ écoulement au niveau du mamelon

Un moyen d’agir, le dépistage

Le dépistage a pour objectif de détecter, chez des personnes a priori non malades, celles qui présentent des anomalies susceptibles d’évoluer vers un cancer afin de les traiter efficacement. Le dépistage constitue, à ce titre, l’une des armes les plus efficaces contre le cancer du sein. Détecté à un stade précoce, le cancer du sein peut non seulement être guéri dans plus de neuf cas sur dix, mais aussi soigné par des traitements moins lourds, entraînant plus rarement des séquelles.

En France, le programme de dépistage organisé du cancer du sein, mis en place par les pouvoirs publics, a été généralisé en 2004. Il s’adresse aux femmes âgées de 50 à 74 ans qui ne présentent ni symptôme apparent, ni antécédent de cancer du sein.

Des structures de gestion du dépistage sont chargées, en lien avec les professionnels de santé, d’organiser ce dépistage au niveau départemental ou interdépartemental. Elles invitent ainsi par courrier, tous les deux, les femmes âgées de 50 à 74 ans à participer au programme de dépistage organisé du cancer du sein.

Ce programme repose sur un cahier des charges qui en fixe les modalités et en précise les critères de qualité, le suivi et l’évaluation. En 2012, près de 2 500 000 femmes de 50 à 74 ans y ont eu recours, soit 52,7 % des femmes concernées.

En France, le dépistage organisé coexiste avec un dépistage individuel, reposant sur l’initiative des femmes ou du professionnel de santé qui les suit. Il ne fait pas l’objet d’évaluation et ne garantit ni une équité d’accès, ni une information équilibrée.

Etes-vous concerné ?

En France, le dépistage organisé du cancer du sein concerne les femmes de 50 à 74 ans inclus, sans facteur de risque particulier autre que l’âge et ne présentant pas de symptôme.

En effet, c’est après 50 ans que les femmes ont le plus de risque de développer un cancer du sein et que le dépistage est donc le plus efficace.

J’ai entre 50 et 74 ans

Vous n’avez pas de symptômes ni de facteur de risque particulier autre que l’âge : vous êtes concernée par le programme de dépistage organisé du cancer du sein. A partir de 50 ans et jusqu’à 74 ans révolus, vous recevrez tous les deux ans à votre domicile un courrier vous invitant à effectuer une mammographie et un examen clinique des seins. L’objectif est de pouvoir détecter la présence d’éventuelles anomalies avant l’apparition de symptômes.

J’ai moins de 50 ans ou plus de 74 ans

Si vous avez moins de 50 ans, le dépistage n’est pas recommandé (sauf cas particuliers). En effet, il n’y a pas suffisamment d’études ayant montré l’efficacité de ce dépistage avant 50 ans quand on prend en compte la balance entre les avantages potentiels de ce dépistage pour la femme et les inconvénients. Ce point est actuellement en cours de réévaluation par la Haute Autorité de santé. Après 74 ans, on n’est plus dans le cadre d’une invitation systématique et c’est une discussion au cas par cas, qui doit avoir lieu avec son médecin traitant ou son gynécologue.

Je me fais dépister individuellement

Si vous avez entre 50 et 74 ans et ne présentez pas de facteurs de risque particuliers, vous pouvez bénéficier du programme de dépistage organisé. Il offre des garanties supérieures à une démarche individuelle de détection du cancer du sein :

■ double lecture systématique des clichés par des radiologues agréés et spécifiquement formés ;

■ réalisation d’un bilan diagnostique immédiat en cas d’anomalie ;

■ évaluations qualitatives des installations de mammographie tous les 6 mois ;

■ prise en charge à 100% par l’assurance maladie sans avance de frais.

Ma dernière mammographie date de moins de deux ans

Vous n’avez pas à réaliser de nouvel examen dans l’immédiat. Il vous suffit d’indiquer la date de votre dernière mammographie sur le coupon-réponse joint au courrier que vous avez reçu. Ainsi, la prochaine invitation vous sera envoyée deux ans après cette date.

Il y a des antécédents de cancer du sein dans ma famille

Si vous avez reçu une invitation pour participer au programme de dépistage, l’intérêt pour vous de participer à ce programme peut être discuté avec votre médecin traitant et votre gynécologue. Il évaluera votre niveau de risque et pourra vous orienter, si besoin, vers une consultation d’oncogénétique.

Pour les femmes dont une (ou plusieurs) parente(s) directe(s) – mère, sœur, tante – a développé un cancer du sein avant 50 ans, et surtout si une mutation génétique associée a été identifiée, un suivi spécifique est nécessaire.

J’ai eu un cancer du sein

Le programme de dépistage organisé s’adresse à des femmes sans symptôme ni facteur de risque particulier de cancer du sein autre que l’âge. Si vous avez eu un cancer, vous bénéficiez d’un suivi spécifique et vous n’êtes donc plus concernée par le dépistage organisé.

Je suis un homme

Le programme de dépistage organisé s’adresse aux femmes car le cancer du sein est le premier cancer féminin en France en termes d’incidence et de mortalité. Il est beaucoup plus rare chez l’homme (moins de 1% des cas). Il convient néanmoins d’être attentif à des symptômes inhabituels – comme la présence d’une masse à proximité du mamelon, une modification de son aspect ou un écoulement – et de consulter votre médecin en cas de doute.

Le dépistage en pratique

Comment les femmes de 50 à 74 ans sont-elles invitées à se faire dépister ? La mammographie est-elle douloureuse? Que faire si le médecin demande des examens complémentaires ?

Autant de questions légitimes que se posent les femmes. De l’avant à l’après-examen, retrouvez ici les réponses à vos interrogations.

Ce qu’il faut savoir avant la mammographie

Pour faire votre mammographie, il suffit de prendre rendez-vous avec le radiologue de votre choix parmi ceux de la liste qui vous est adressée avec le courrier d’invitation.

Choisissez de préférence un rendez-vous en dehors de la période de vos règles ; vos seins seront moins sensibles pendant l’examen.

Le jour du rendez-vous, prenez avec vous le courrier qui vous a été adressé. Il permet une prise en charge à 100% de l’examen par votre caisse d’assurance maladie, sans avance de frais de votre part.

Si vous avez déjà réalisé une mammographie et que vous êtes en possession de vos clichés, il est important de les rapporter : le radiologue pourra comparer les clichés et identifier plus rapidement les éventuels changements.

Dois-je payer l’examen ?

Non, il est pris en charge à 100% par l’assurance maladie, sans avance de frais de votre part.

En revanche, les éventuels examens complémentaires (échographie, IRM…) qui pourraient vous être prescrits, par exemple si vos seins sont très denses ou pour un contrôle, sont remboursés normalement, dans le cadre du parcours de soins.

Est-ce que je peux choisir mon radiologue ?

Vous pouvez choisir librement votre radiologue sur la liste envoyée avec votre invitation au dépistage, qui est actualisée tous les six mois. Si votre radiologue habituel figure sur cette liste, vous pouvez vous adresser à lui. L’essentiel est que le professionnel choisi soit agréé à pratiquer des mammographies dans le cadre du dépistage organisé du cancer du sein.

J’ai des prothèses mammaires, est-ce que c’est un problème ?

Non, si vous portez des prothèses mammaires, le manipulateur réalisera des clichés spécifiques.

Je viens de recevoir une invitation et ma dernière mammographie date de moins de deux ans, que dois-je faire ?

Si vous avez effectué une mammographie il y a moins de deux ans, notamment avant vos 50 ans, vous n’avez pas à réaliser de nouvel examen dans l’immédiat. Il vous suffit d’indiquer la date de cette mammographie sur le coupon réponse joint au courrier.

Ainsi, la prochaine invitation vous sera envoyée deux ans après cette date. J’ai eu un cancer du sein, est-ce que je vais recevoir une invitation ?

Non : si vous avez eu un cancer, vous bénéficiez d’un suivi spécifique et n’êtes donc plus concernée par le dépistage organisé.

Comment suis-je contactée ?

Dès l’âge de 50 ans, puis tous les deux ans, vous recevez à votre domicile un courrier vous invitant à effectuer une mammographie. Une liste de médecins radiologues agréés est jointe à cette invitation ; vous choisissez librement celui que vous souhaitez consulter. Vous pouvez aussi prendre rendez-vous chez un radiologue agréé hors de votre département de résidence.

Qu’est-ce qu’une mammographie ?

Une mammographie est une radiographie des seins. Dans le cadre du dépistage, elle permet notamment de détecter des cancers de petite taille bien avant qu’ils ne soient palpables ou que des symptômes n’apparaissent. Elle détecte ainsi, avant tout symptôme, plus de 90% des cancers présents.

Quels sont mes principaux interlocuteurs ?

La structure de gestion en charge des dépistages dans votre département pour répondre à vos questions sur : le courrier d’invitation qu’elle vous adresse, la liste des cabinets de radiologie qu’elle communique avec le courrier, la seconde lecture qu’elle organise, les modalités de restitution de vos clichés et l’explication de votre résultat.

Les coordonnées de votre structure de gestion sont indiquées  sont indiquées sur le courrier vous invitant à réaliser une mammographie.

Les professionnels de santé : votre médecin traitant, gynécologue et radiolologue vous accompagneront dans cette démarche.

Les caisses d’assurance maladie : pour répondre à vos questions sur vos droits et sur les remboursements des éventuels examens complémentaires.

Les mutuelles : pour répondre à vos questions de prises en charge des éventuels examens complémentaires.

 

Textes et sources : Institue National du cancer