Accueil Bien-Être La chiropraxie pour les seniors : pathologies, prévention et traitement

La chiropraxie pour les seniors : pathologies, prévention et traitement

399

Avec une espérance de vie qui ne cesse de croître, les chiropracteurs sont de plus en plus confrontés aux douleurs chroniques des seniors en demande d’autonomie et de confort de vie. Pour prévenir et soulager le mal de dos souvent présent à cet âge, la chiropraxie propose une prise en charge complète. Le chiropracteur détecte et traite les dysfonctionnements vertébraux et les troubles de l’appareil locomoteur avec des techniques adaptées aux seniors : mobilisations, pressions douces ou appuyées, suivis de conseils de postures.

La prévention s’impose aux seniors actifs

Selon les projections de population1, l’âge moyen en France passera à 43,6 ans en 2040. Le nombre de personnes de 60 ans ou plus augmentera, à lui seul, de 10,4 millions entre 2007 et 2060, si bien qu’une personne sur trois aura ainsi plus de 60 ans. Le vieillissement de la population peut donc représenter un nouveau défi de santé publique. Jeunes plus longtemps, les seniors sont de plus en plus actifs.

Leur mobilité et leur besoin de multiplier les activités augmentent. Ils voyagent davantage, jardinent, bricolent et font du sport. Depuis plus de 20 ans, le poids des activités physiques et sportives chez les seniors a progressé et les besoins en matière de santé ont évolué. L’activité physique des seniors s’avère très proche de celle des adultes plus jeunes. 40 % des 55-75 ans sont considérés comme ayant un niveau élevé d’activité physique contre 43 % des 18-54 ans2. Comme pour les adultes plus jeunes, les femmes de 55-75 ans apparaissent moins nombreuses que leurs homologues masculins à pratiquer un niveau élevé d’activité physique (36 % vs 45 %). Le temps consacré à l’activité physique diminue avec l’avancée en âge, passant de 2h27 pour les 18-54 ans à 2h07 pour les 55-75 ans.

Le rôle de la prévention est alors majeur pour permettre au plus grand nombre de personnes seniors et plus de vieillir dans les meilleures conditions de santé possible.

Le dos supporte le poids des années

Outre les pathologies liées à l’âge, le mal de dos et les troubles articulaires altèrent la qualité d’autonomie des seniors.

Le vieillissement

Le processus naturel de vieillissement peut participer à une dégénérescence discale, une usure des disques intervertébraux : les disques se déshydratent, perdent de leur élasticité et par conséquent résistent moins à la pression.

Passé 60 ans, d’autres modifications physiques sont constatées comme une diminution de la masse musculaire et une augmentation de la masse graisseuse.

Les années professionnelles peuvent aussi être à l’origine du mal de dos et de troubles articulaires. Le port de charges lourdes, les gestes répétitifs, les positions statiques, durant de nombreuses années de travail, peuvent favoriser l’apparition de Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) et d’autres pathologies du dos (lombalgies,…).

L’activité physique.

Une musculature insuffisante du dos associée à un manque de souplesse peut être l’une des causes de douleurs dorsales. Les mauvaises postures répétées pendant plusieurs années favorisent certaines déformations dorsales. Pratiquer une activité régulière, en choisissant un sport adapté au senior, entretient les muscles du dos, tout en assouplissant les articulations. Par exemple, la natation et l’aquagym sont des sports indiqués pour les seniors.

Inversement, pratiquer pendant des années une activité sportive de manière intensive peut aussi créer des microtraumatismes physiques susceptibles d’engendrer des douleurs, plus ou moins invalidantes, bien des années plus tard.

Les pathologies annexes

Les douleurs du dos peuvent être également la conséquence de pathologies, dont certaines se développent avec l’âge :

– La Fibromyalgie (syndrome douloureux chronique diffus caractérisé par des douleurs de tout le corps associées à une fatigue et à des troubles du sommeil),

– L’arthrose (dégénérescence du cartilage des articulations sans infection ni inflammation particulière),

– L’ostéoporose (caractérisée par une fragilité excessive du squelette, due à une diminution de la masse osseuse et à l’altération de la micro-architecture osseuse).

L’équilibre en cause

Les seniors peuvent être sujets à des troubles de l’équilibre pouvant entraîner des chutes. Ces troubles de l’équilibre s’expliquent par le simple vieillissement et par les maladies liées à l’âge. Le risque de chute augmente : après 65 ans, une personne sur trois fera au moins une chute dans l’année, ayant pour conséquence une perte d’autonomie.

Conserver son autonomie et vieillir en bonne santé avec la chiropraxie

La chiropraxie apporte une aide aux besoins spécifiques des seniors en adaptant des techniques manuelles en vue de prévenir ou traiter différentes pathologies telles les lombalgies, névralgies sciatiques, certaines céphalées, tendinites, certains vertiges et autres douleurs vertébrales.

Le chiropracteur s’attache à libérer le système nerveux des tensions et des traumatismes accumulés au cours de l’existence du patient, le corps humain gardant en mémoire les traumatismes physiques et psychiques. Par des ajustements précis et adaptés, le praticien soulage également les douleurs et symptômes arthrosiques d’une grande majorité de patients seniors.

Vincent Renard, chiropracteur, nous précise : « la chiropraxie apporte des réponses aux problèmes articulaires des patients : perte de souplesse, dégénérescence articulaire, impotence fonctionnelle, attitude voûtée, raideur des cervicales ou des lombaires, sciatique… La chiropraxie vise le rétablissement et le maintien de la santé, et contribue également à l’autonomie des seniors. »

Caroline Lambert, chiropracteur et Vice-Présidente de l’Association Française de Chiropraxie ajoute : « le chiropracteur accompagne les seniors au quotidien pour lutter efficacement contre les effets du vieillissement. En s’appuyant sur l’historique de santé du patient, sur l’imagerie médicale et sur une évaluation complète de ses fonctions locomotrices, il met en place un plan de traitement adapté au degré d’ostéoporose ou d’arthrose de chacun. Le traitement chiropratique vise à restaurer la mobilité articulaire et à réduire la douleur améliorant ainsi significativement la qualité de vie des aînés. »

Le chiropracteur, en corrigeant les dysfonctionnements de la colonne vertébrale, traite les troubles fonctionnels ou pathologiques de l’appareil locomoteur. « L’arthrose peut être particulièrement invalidante mais elle n’est pas une fatalité » comme le souligne Caroline Lambert. Ici, le traitement chiropratique va limiter les douleurs arthrosiques liées à la dégénérescence articulaire et diminuer l’arthrose. Egalement, le praticien conseille les patients seniors sur les bonnes postures et délivre des mesures hygiéno-diététiques appropriées.

Deux nouvelles études établissent les bienfaits de la chiropraxie

Soulager la fibromyalgie grâce à la chiropraxie

Parmi les méthodes et thérapies non-invasives susceptibles de soulager les malades, la chiropraxie est appelée à prendre toute sa place. En effet, selon une récente étude parue dans Rheumatology International en 2015, associée aux méthodes habituelles, les manipulations cervicales permettent à moyen et long terme d’améliorer significativement la qualité de vie des malades, mesurée par différents questionnaires et échelles reconnus scientifiquement.

L’efficacité de la chiropraxie pour lutter contre la lombalgie :

En 2013, deux études, parues dans Spine et dans l’American Journal of obstetrics and gynecology, apportaient la preuve de l’efficacité de la chiropraxie sur les lombalgies, par l’association des manipulations chiropratiques aux soins médicaux courants. Une troisième recherche, de 2012 celle-ci, établissait la supériorité thérapeutique de la chiropraxie sur un antalgique, le diclofénac, dans la prise en charge de la lombalgie.

Prévenir et soulager les maux de dos

L’Association Française de Chiropraxie (AFC) rappelle l’importance de la prévention pour la personne senior et les bons comportements à adopter pour éviter et soulager les maux de dos :

■ Pratiquez quotidiennement des exercices simples comme des étirements. Ils peuvent contribuer à soulager les tensions accumulées au niveau du dos. Reprendre à son rythme une activité sportive pour renforcer les muscles du dos (avec des sports adaptés comme la natation ou la marche à pied).

■ Adoptez les bonnes postures : bien se tenir debout, s’asseoir, se coucher, soulever et porter des charges.

■ Par exemple, pour dormir correctement, privilégiez la position allongée sur le dos ou sur le coté, en «chien de fusil», ce qui permet de respecter la courbure naturelle de la colonne vertébrale.

■ En revanche, attention à ne pas dormir sur le ventre, une position néfaste qui creuse la cambrure des reins, et qui peut être à l’origine de douleurs dorsales.

■ Devant l’ordinateur ou la télévision : centrez votre écran par rapport à vos yeux. Evitez la position statique trop longtemps, ne pas rester dans la même position pendant plus de 45 minutes. Il est nécessaire de s’étirer et de faire des pauses. Pour être certain d’avoir le dos bien droit, pensez toujours à relever votre menton et à mettre vos épaules légèrement en arrière.

■ Quand vous lisez, il est conseillé de conserver le buste droit et d’utiliser les accoudoirs à bonne hauteur. Donc évitez de lire les jambes croisées ; vous ne respecterez pas les courbures naturelles.

■ Si vous pratiquez le jardinage (tailler une haie, utiliser une pioche ou une pelle…), votre corps est soumis à des contraintes physiques qui nécessitent des efforts répétitifs et prolongés. Il est alors préférable de plier vos membres inférieurs ou positionner un genou à terre, pour ne pas trop solliciter votre dos. Ne maintenez pas la même position trop longtemps.

■ Quand vous bricolez, vous devez prendre toutes les précautions nécessaires pour ménager votre dos. Ajustez votre position en fonction de la hauteur du plan de travail et rapprochez-vous. Pour soulever une charge : ramenez celle-ci la plus près de votre corps et pliez les membres inférieurs. Il faut aussi toujours répartir les charges de façon symétrique, en portant à droite et à gauche.

■ Luttez contre le surpoids : même une faible perte de poids peut être bénéfique pour diminuer la pression exercée sur la colonne vertébrale et les articulations.

■ Favorisez aussi les bonnes postures dans la vie quotidienne avec un environnement ergonomique (fauteuil, bureau, literie, etc.).

■ Notons l’importance du choix du matelas et de l’oreiller : privilégiez les matelas et les oreillers denses et plats pour bien maintenir le dos et la tête.

■ D’une manière générale, optez pour un mode de vie sain, limitant le stress : relaxation, alimentation équilibrée, activité physique régulière.