jeu concours seniors

NEWSLETTER

Recevez gratuitement
notre newsletter !

Les origines de la Fête de la Saint Jean "d'été"

Les origines de la fête de la Saint Jean

La Fête des la Saint Jean d’été a lieu le 24 juin, (date à laquelle on fête uniquement les Jean composés - ne pas confondre avec le 27 décembre, date à laquelle on fête les Jean) proche de la date symbolique du solstice d'été qui a lieu presque invariablement le 21 juin.

Dans l’antiquité, cette fête consistait à allumer un grand feu qui avait, disait-on, un pouvoir purificateur. On a aussi donné à ce rituel le pouvoir de bénédiction des moissons, de la fertilité et de l'abondance, un peu partout dans le monde.  Les cendres des feux étaient conservées ensuite pour éloigner la foudre et les orages et protéger les animaux. Elles avaient aussi, la vertu d'être un bon engrais, et étaient rependues dans les champs pour enrichir la terre.
Aujourd'hui encore ,
la cendre de bois serait, dit-on, bonne pour les rosiers.

Enfin, le christianisme récupère la fête de la Saint Jean afin de commémorer la naissance du prophète Saint Jean Baptiste.  Il semblerait que cette célébration puise ses origines dans les cultes celtes et germaniques, mais nous savons également que les Phéniciens et les Syriens la célèbrent depuis très longtemps également.

La Saint-Jean d'Hiver correspondant au solstice d'hiver, est la fête de Jean l'Evangéliste. À cette époque, le soleil est au plus bas, il recommence à monter sur l'écliptique.

 

La Fête de la Saint Jean aujourd'hui

Cette fête folklorique a lieu à Mons (Belgique), au Québec (Fête nationale du Québec), partout au Canada français, et dans différentes régions françaises, notamment dans un certain nombre de villes de Lorraine , dans les Vosges, en Bretagne ainsi qu'en Roussillon (Catalogne Nord), principalement à Perpignan.

Dans certaines communes françaises, un bûcher de bois d'une dizaine de mètres de haut est construit pour être brûlé le soir de la fête, notamment dans le sud de l'Alsace, dans les communes de la vallée de la Thur et du pays de Thann, avec le célèbre bûcher de la région qu'est celui de Bourbach-le-Bas avec 18 mètres de haut. En Alsace, le bûcher est appelé un fackel. Dans les Vosges, ainsi que dans le Sud de Meurthe-et-Moselle, cette construction est appelée une chavande.

À Sierck-les-Bains, en Lorraine, les lumières de la ville s'éteignent à la nuit tombée et l'on fait descendre le long d'une colline une roue de feu qui termine sa course dans la Moselle. Cette tradition remonte au moins à une cinquantaine d'années, et les spectateurs sont chaque année au rendez-vous.

Dans les Pyrénées, et particulièrement en Comminges, le feu de la Saint-Jean s'appelle le brandon. Il est constitué par un tronc de conifère préparé longtemps à l'avance : il est fendu longitudinalement, sur tout le pourtour, en plaçant dans les fentes des coins de bois. Finalement il a une forme de fuseau, il est dressé et on y met le feu.

Le bûcher de la Saint-Jean se pratiquait autrefois à Paris, les autorités de la ville se chargeant de son organisation. Cette tradition a été abandonnée depuis très longtemps.

Les plus importantes célébrations de la Saint-Jean-Baptiste dans le Canada français hors Québec ont lieu dans le cadre du Festival franco-ontarien, qui se tient chaque année à Ottawa. La Saint-Jean-Baptiste est aussi une célébration importante pour la région du nord de l'Ontario dans diverses petites villes dont Kapuskasing. Bien que la célébration de la Saint-Jean-Baptiste par les Acadiens en tant que fête catholique ne soit pas inconnue, elle est largement surpassée par la Fête nationale de l'Acadie le 15 août, instituée en 1881 lors d'une convention acadienne, alors que cette date était en compétition avec le 24 juin.

 

Quelles que soient ses origines, la fête de la Saint Jean d’été est aujourd'hui l'occasion de faire la fête autour d'un feu et d’apprécier de très jolis feux d’artifice dans de nombreux villages en France.

 

 

 

Source : Wikipédia

Haut    

Get Adobe Flash player