jeu concours seniors

NEWSLETTER

Recevez gratuitement
notre newsletter !

Vue aérienne sur le Lubéron

Il est, avec les Alpilles, l’un des massifs les plus courus de France. Un des plus people aussi, où se croisent, l’été venu, nombre personnalités déclinées au Who’s who. Il n’empêche, le Luberon s’impose avant tout, avec ses doux paysages et sa généreuse végétation, comme un fabuleux terrain de jeux pour tous ceux qui ont des fourmis dans les jambes.

La ribambelle de sentiers de balades et de randonnées plus sportives est en effet impressionnante. Aussi, le choix peut paraître cornélien. Mais jamais décevant. Faites une virée du côté des « Rochers de Baude » et vous serez naturellement convaincu. Coiffe imposante posée sur le petit Luberon, elle domine de sa superbe la plaine de Cavaillon, tout en offrant de somptueux points de vue, de la Camargue au Ventoux.

Néanmoins, si le décor ainsi planté est bigrement attirant, qu’on ne s’y trompe pas! Mieux vaut être en bonne condition physique (et bien chaussé) pour s’élancer sur cette boucle de plus de 2h30. Le sentier, très caillouteux, ne rigole pas toujours. Une fois Robion et ses ruelles étroites laissées derrière vous et les 500 m goudronnés du chemin de Boulon haut avalés, ça grimpe très vite. Le parcours, balisé en jaune depuis le panneau « Le Castelas, 2 km » et oscillant dans des sous-bois où se côtoient garrigue odorante, cistes cotonneux, chênes kermès et même quelques cèdres, devient même par endroits cassepattes. Il a toutefois lemérite d’offrir une superbe vision panoramique de la région, avec notamment Cavaillon, la colline Saint-Jacquesmais aussi de somptueuses propriétés cernées de vignes au cordeau.

Chemin faisant, vous voilà traversant un impressionnant abri sous roche, avec ses falaises transpercées et servant de refuges à quelques rapaces. Avec un peu de chance – ce fut notre cas- et en levant les yeux vers le ciel, vous apercevrez les vautours « percnoptère » planer et même un couple d’aigles de Bonelli. Si la pente reste toujours bien raide les ambiances alternent au gré d’une végétation plus ou moins dense. Le souffle (peut-être) court et après 1h30 de crapahutage, enfin le sommet! Avec en prolongement une invitation pour basculer dans le versant opposé. Et découvrir la brèche de « Castelas » avant de vous infiltrer dans la « Gorge de Badarel ». Le défilé est superbe, mais la vigilance s’impose pour franchir certains passages périlleux, aménagés d’ailleurs par deux rampes et des échelles. Les dernières difficultés en fait d’un parcours qui s’achèvera par la traversée de la forêt de Boulon (au 3e panneau, prendre le 1er sentier à droite, à coté de la borne d’eau) aux belles couleurs printanières.

 


➤  Détails techniques. La distance est de 5,7 km et le dénivelé de 475 m. Le niveau est moyen-difficile. La durée oscille entre 2h30 et 3h. Pour se rendre au départ, après l’église de Robion, suivre l’av. du Luberon et prendre le 1er chemin à droite : chemin de Boulon haut situé après la bibliothèque. Un parking est aménagé. Sinon, garez-vous sur la place de l’église. Le fléchage-balisage est jaune.
➤  Infos pratiques. L’office de tourisme, 485, avenue Oscar Roulet, 04 90 05 84 31 ou www.robion.fr – CDT 84, www.provenceguide.com

 

Source : La Provence - Hors série "Balades été 2009"
www.wiki2d.org

 

Crédit photo : J.Daveri

Haut    

Get Adobe Flash player