jeu concours seniors

NEWSLETTER

Recevez gratuitement
notre newsletter !

La Fête de la Saint Eloi

La Fête de la Saint Eloi (Sant Aloï en provençal) est traditionnellement célébrée entre la moisson et la vendange. Ce saint, qui est l’un des saints les plus populaires de Provence, est fêté pendant les mois de juillet ou d’août, à des dates très différentes d’un village à l’autre. Ces fêtes sont l'occasion de cavalcades et de défilés de charrettes décorées de fleurs, tirées par des chevaux de trait splendidement harnachés.

Éloi naquit à Catillac dans le Limousin en l'an 588 et mourut à Noyon dans l'Oise le 1er décembre 659. Il apprit le métier d'orfèvre à Limoges puis devint le maître de monnaie du roi Clothaire II qui en fit son conseiller. Son successeur, le célèbre roi Dagobert, en fit son ministre des finances. Homme vertueux et croyant, Éloi s'employa à convertir de nombreux païens. Il fonda un monastère et fut Évêque de Noyon en 640. Il fut reconnu dès sa mort « Saint » et devint le patron des orfèvres et de tous les artisans travaillant les métaux : forgerons, maréchaux-ferrants, charretiers, laboureurs ou autres armuriers. Saint-Eloi est également le protecteur des mulets, des ânes et des chevaux. Selon l'expression provençale, « Sant Aloi es un bouon sant, si fèsto dous coup l'an », qui peut se traduire par « Saint-Eloi est un bon Saint, on le fête deux fois par an ». Une fois le jour de la fête religieuse, le 1er décembre et une seconde fois, le 25 juin, jour du transfert de ses reliques de la cathédrale de Noyon à Paris en 1212. C'est lorsque l'été arrive que les fêtes traditionnelles de la Saint Eloi réapparaissent. Chaque commune provençale a adoptée une date spécifique, en fonction de son histoire, et chacune a son propre déroulement, même si celui-ci ne varie guère d'un village à l'autre.

Cette fête est une vraie tradition provençale très colorée, répandue essentiellement dans le nord des Alpilles, mais également célébrée d'Avignon à Toulon. La fête est articulée autour de la cavalcade des charrettes feuillues, les Carreto ramado. Il s'agit d'une simple charrette décorée de branches d'ormeau, qui est tirée par une trentaine de chevaux de trait, à qui la fête rend ainsi hommage en souvenir du temps où le cheval était l'outil de travail, le moyen de déplacement ainsi que l'ami fidèle de nos aïeux. L'origine de ce défilé remonte au Moyen Age, à l'époque où les villageois constituaient des milices servant à défendre leur terre. Ainsi, chaque village possédait sa cavalcade, sa milice, dirigée par un capitaine, terme désignant également le chef de ces cavalcades.


La cavalcade est réellement le point central de cette grande fête populaire. En effet, pour accompagner ce défilé, les habitants revêtissent les costumes typiques provençaux. Les chevaux sont également à l'honneur, parés d’une grande couverture blanche ornée de rubans rouges. Enfin, l'ensemble de ce défilé est accompagné par les tambourins et les fifres, jouant des airs typiquement provençaux, entraînant sur leur rythme les danseurs folkloriques. C’est un pur moment de bonheur pour les provençaux ainsi que pour tous les curieux qui découvrent cette belle tradition en hommage à nos ancêtres.

 

Sources :

www.notreprovence.fr

www.weloveprovence.fr

www.visitvar.fr

Haut    

Get Adobe Flash player