jeu concours seniors

NEWSLETTER

Recevez gratuitement
notre newsletter !

La Fête de la châtaigne

 

Fruit de l’automne, la châtaigne fait partie du patrimoine culinaire et culturel de la région qui chaque année fête ce précieux  fruit de  « l’arbre à pain ». Depuis une dizaine d'année, on observe un mouvement de relance visant à valoriser économiquement et culturellement la production de châtaignes, tout en la rendant davantage visible pour le consommateur. Ces fêtes de terroirs rassemblent de nombreux artisans et producteurs qui exposent leur savoir-faire et ravissent les papilles des amateurs.

 

Des fêtes de la châtaigne s'organisent dans différents départements producteurs de Provence-Alpes-Côte d’Azur : en octobre à Collobrières (Var) et à Valdeblore (Alpes-Maritimes) et au début novembre à Le Fugeret  et Revest du Bion(Alpes de Haute-Provence)… Ces fêtes sont très attendues avec beaucoup d'enthousiasme et d'incertitudes : Y aura t-il des châtaignes ? Fera t-il beau ? Combien de visiteurs répondront à l’appel de la dégustation de châtaignes fraîches ou grillées ?  C’est aussi l’occasion de faire découvrir cette culture ancienne au public. Elle conjugue le respect de la tradition (récolte à la main, consommation grillées autour d'un feu…) et modernité (innovation par la diversification des produits, démonstration de récolte à l'aide d'un aspirateur à châtaignes…). L'intérêt paysager et touristique des châtaigneraies se révèle à l'occasion de ballades, de récoltes et d’explications sur ces arbres pluri-centenaires.

 

Les Maures, terre de castanéïculture

Introduite dans les Maures au Xème siècle par les premiers Chartreux, la castanéïculture permit à une grande population de survivre dans des contrées déshéritées : la châtaigne, conservée sous différentes formes (séchée, en farine…), constituait en effet la seule nourriture pendant une grande période de l’année. L’arbre abattu fournissait le bois de charpente, de menuiserie et de tonnellerie.
Mais les châtaigneraies, mal entretenues, dépérirent. La main d’œuvre manquait pour ce travail ingrat et la production passa de 4000 tonnes au début du siècle à 500 tonnes en 1980. Les vergers affaiblis ne purent résister à la maladie et le chancre du châtaignier fut sur le point d’anéantir cette culture millénaire. Soutenus par divers partenaires, dont la Région, les propriétaires des châtaigneraies ont uni leurs énergies et leurs compétences pour donner un nouveau souffle à leurs exploitations. Aujourd’hui, le châtaignier et son fruit sont devenus incontournables, notamment dans le Massif des Maures qui produit environ 20% de la production nationale de châtaignes, pour 900 hectares de châtaigneraie.

 

Châtaigne ou marron ?

La châtaigne est un fruit ou plus exactement la graine du châtaignier castanea sativa, seule espèce indigène en Europe. La châtaigne est cloisonnée, le marron est constitué d’un seul bloc.  Tous deux sont les fruits du châtaignier,  mais si la proportion de fruits cloisonnés est supérieure à 12%, l’arbre produit des châtaignes, en dessous, ce sont des marrons ! Attention à ne pas confondre l’arbre avec le marronnier des villes qui appartient à une autre espèce, le marronnier d’Inde originaire des Balkans dont le fruit n’est pas comestible.

 

On en fait du pain, de la purée, des soupes, de la confiture, des friandises... à chacun de la déguster comme il  veut !

La châtaigne rôtie, la recette originale : Choisir un fruit pas trop gros et en fendre la coque. Griller les châtaignes au four, dans un poêle à trous sous un feu de cheminée ou au grilloir électrique. A déguster chaud, chaud, chaud !

Soupe de châtaigne : Fendre l’écorce des châtaignes puis les cuire à la vapeur 20 minutes environ. Les débarrasser de leur écorce et ôter la peau blanche. Les faire revenir à l’huile d’olive avec un oignon, puis mouiller au bouillon de volaille. Après 20 minutes de cuisson, ajouter la crème et mixer.

Crème brûlée à la châtaigne : mélanger 3 jaunes d’œufs, de la confiture de châtaigne, de la crème (20 cl) et du lait (10 cl). Faire bouillir de l’eau (20 cl), une pincée de sucre et de la semoule de châtaigne (100 g). Laisser gonfler. Mettre la semoule dans des moules, la recouvrir de crème. Faire cuire 35 min au bain marie au four.

 

 

Sources : www.collobrieres-tourisme.com - www.fetedelachataigne.com  - http://alimentation.gouv.fr/chataigne-marron

Haut    

Get Adobe Flash player