Accueil Santé La grippe saisonnière

La grippe saisonnière

109

Une étude réalisée par IFOP pour le laboratoire Mylan, menée auprès de 1 002 personnes âgées de 18 ans et plus, du 3 au 5 août 2016, révèle que les français sont conscients de l’importance de la prévention de la grippe. Malgré cela, il reste encore de nombreux progrès à faire sur la prévention de cette maladie saisonnière, notamment auprès des personnes les plus à risque, qui ne prennent pas conscience des complications auxquelles les expose la grippe.
Les Français ont conscience de l’importance de la prévention de la grippe mais ils ne savent pas toujours comment se protéger L’importance des gestes de prévention est bien connue des Français. Pourtant, près d’un tiers de la population pense peu ou pas connaître les gestes de prévention à suivre pour se protéger de la grippe. Les personnes les mieux informées sont les femmes, les catégories socioprofessionnelles supérieures et les seniors. Pour se prémunir de la grippe, les français disent appliquer principalement trois règles :

■ 68% utilisent des mouchoirs en papier à usage unique avant de les jeter dans une poubelle;

■ 67% se lavent les mains régulièrement avec du savon et de l’eau, ou se désinfectent les mains avec une solution hydroalcoolique ;

■ 66% d’entre eux aèrent leur logement chaque jour. Un autre geste de prévention est également appliqué par une plus petite partie des Français : la vaccination. En effet, seul 1 français sur 4 déclare se faire vacciner contre la grippe chaque année. Ils sont 62% parmi les plus de 65 ans.

Des populations à risque qui ne se protègent pas assez La grippe est une maladie virale considérée à tort comme bénigne. La grippe peut être à l’origine de complications graves, notamment au sein des populations plus fragiles parmi lesquelles on retrouve les personnes âgées de 65 ans et plus, les personnes atteintes de certaines maladies chroniques (asthme, diabète, pathologie cardiaque, etc.) ou les femmes enceintes. Près de 4 français sur 10 pensent que la grippe est une maladie qui peut être grave pour les personnes fragilisées mais pas mortelle. Pourtant, l’épidémie de grippe 2014-2015 a occasionné près de 30 000 passages aux urgences dont 3 133 hospitalisations. Parmi ces passages aux urgences, 47% concernaient des personnes de 65 ans et plus. Il y a eu un excès de 18 300 décès toutes causes durant cette période épidémique et 90% de ces décès concernaient les sujets de plus de 65 ans. Malgré ces chiffres illustrant la gravité potentielle des complications que peut entraîner la grippe, 31% des personnes recevant le bon de prise en charge à 100% par l’assurance maladie ne se font jamais vacciner. Ce qui les dissuade de se faire vacciner ? La méfiance visà-vis du vaccin est le principal motif. Ainsi, parmi les plus de 65 ans qui ne se font pas vacciner, 45% ne croient pas à l’efficacité du vaccin et 31% ont peur des effets indésirables. « C’est intéressant, mais aussi inquiétant, de voir que les Français ne sont pas convaincus de l’utilité du vaccin contre la grippe, et plus particulièrement chez ceux qui reçoivent un bon de prise en charge de l’Assurance Maladie, » réagit le Dr Anne Mosnier, Médecin généraliste et épidémiologiste. « Quand on sait que la grippe peut avoir des conséquences graves chez les personnes fragiles, il est important de rappeler que la vaccination est un geste efficace pour se prémunir de la maladie et de ses complications. »

Les professionnels de santé sont les interlocuteurs privilégiés sur la prévention antigrippale Si rester en forme pendant l’hiver (89% des personnes interrogées) ou protéger son entourage (80%) sont les principales motivations à la vaccination, ce sondage met aussi en avant l’importance du rôle des professionnels de santé dans cette décision. 7 personnes vaccinées sur 10 déclarent en effet suivre les conseils de leur médecin ou de leur pharmacien. Le Dr Anne Mosnier précise : « L’information sur la grippe et sur la prévention doit avant tout passer par le dialogue entre le professionnel de santé et le patient pour désamorcer les idées reçues et surtout rappeler la nécessité d’une prévention adaptée au risque personnel. » Ce rôle de conseil est d’autant plus important auprès des personnes les plus fragiles chez qui le vaccin est pris en charge par l’Assurance Maladie. « Les personnes de plus de 65 ans et les patients avec des maladies chroniques sont les plus à risque de complications, et il est important de leur rappeler chaque année d’utiliser leur bon de prise en charge de l’Assurance Maladie. »

Les méditerranéens : champions de la vaccination antigrippale Parmi les habitants du Sud-Est, ceux des régions ProvenceAlpes Côte d’Azur et Languedoc- Roussillon suivent le plus les gestes d’hygiène pour se prémunir de la grippe et se font le plus vacciner. D’après cette enquête, 37% des habitants déclarent se faire vacciner chaque année, contre 25% sur l’ensemble du territoire. En revanche, le scepticisme vis-àvis du vaccin contre la grippe est aussi le plus marqué : 39% des personnes qui ne se sont pas fait vacciner déclarent ne pas croire à l’efficacité du vaccin contre la grippe (vs 25%). Le Dr Mosnier réagit à ces résultats : « Les chiffres obtenus dans la région sont liés notamment au fait que la population est plus âgée. Les personnes âgées sont en première ligne des campagnes de vaccination antigrippale et il est donc logique que la proportion de vaccinés soit plus importante dans notre région. C’est une bonne chose ! Mais le Sud-Est est aussi une zone géographique connue pour être un peu plus frileuse sur la vaccination, avec des taux plus faibles de couverture vaccinale. On sait que le médecin traitant est le plus à même de convaincre ses patients ciblés par la campagne vaccinale des risques de la grippe et surtout de l’importance de la prévention vaccinale. »