Accueil Santé Troubles de la marche : des origines diverses

Troubles de la marche : des origines diverses

645
Arthrose, maladie de Parkinson, troubles de la vue et de l’oreille interne… Certaines maladies peuvent entraîner des troubles de la marche et augmenter le risque de chute chez les personnes âgées. En vieillissant, notre équilibre devient moins bon. Les fonctions musculaires et articulaires peuvent aussi être altérées. Par ailleurs il existe certaines maladies spécifiques qui peuvent également accélérer le processus. Tour d’horizon sur les origines pathologiques des troubles de la marche…
La maladie de Parkinson
La maladie de Parkinson est une maladie neurologique qui se manifeste notamment par des troubles de la marche. La personne marche en général à « petits pas » et donne l’impression de « traîner des pieds ». Elle peut également éprouver des difficultés à « démarrer », semble piétiner ou même être « clou été au sol». Ces blocages peuvent favoriser le risque de chute, d’autant que les personnes atteintes de cette maladie ont tendance à se tenir penchées vers l’avant. En outre, certain médicaments prescrits dans cette pathologie peuvent provoquer des baisses de tension brutale… Néanmoins, comme pour tous les seniors, la confiance en soi joue un rôle capital. Il est donc important de continuer à marcher un peu chaque jour afin de ne pas développer une véritable phobie du déplacement.
L’arthrose
L’arthrose entraîne une perte musculaire au niveau des membres inférieurs et une instabilité : la personne peut avoir l’impression que sa jambe « se dérobe ». L’arthrose empêche aussi de se relever aisément après une chute. Là encore, le maintien d’une activité physique modérée est essentiel : il permet d’endiguer la fonte musculaire et donc de compenser les atteintes articulaires.
Les accidents vasculaires cérébraux
Des petits accidents vasculaires cérébraux (AVC) peuvent provoquer une maladresse persistance d’une moitié de corps. La personne aura une perception du sol et du mouvement altérée soit à droite, soit à gauche. Une rééducation, même après un AVC léger, est donc essentielle.
Les troubles de la vue
Certains troubles de la vue comme une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), un glaucome ou une cataracte non opérée altèrent les informations sensorielles. Pour ces personnes, il est important d’évoluer dans un environnement sécurisé et d’entretenir ses réflexes.
Conseils
Une alimentation équilibrée permet de réduire le risque de chute et surtout leur gravité ! Ainsi, une alimentation riche en calcium renforce le capital osseux et diminue le risque de fracture. Privilégiez les protéines et limiter les sucreries permet aussi de prévenir la fonte musculaire et de maintenir son poids en forme. N’oubliez pas de boire en suffisance : la déshydratation peut entraîner des malaises… et donc des chutes.