Accueil Santé Messieurs, pensez au dépistage !

Messieurs, pensez au dépistage !

427

Le dépistage du cancer de la prostate est une démarche individuelle et ne fait pas l’objet d’un dépistage organisé et systématique à l’échelle nationale. Vous devez faire un point annuel avec votre médecin généraliste, idéalement à partir de 50 ans. Plus tôt ce cancer va être dépisté, mieux il sera traité et plus les chances de guérison seront grandes.

Qu’est-ce qu’un cancer de la prostate ?

Avec plus de 70 000 nouveaux cas estimés chaque année en France, le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l’homme. C’est une maladie des cellules de la prostate, une glande de l’appareil génital masculin. Ce cancer se développe à partir d’une cellule initialement normale qui se transforme et se multiplie de façon anarchique pour former une tumeur maligne. Avec le temps, la tumeur peut s’étendre localement. Cette maladie a souvent une évolution lente sur plusieurs années. Les antécédents familiaux font partie des facteurs de risque qui doivent être évoqués avec votre médecin traitant afin de mettre en place une surveillance plus précoce, à partir de 45 ans par exemple, s’il y a eu des cas de cancers de la prostate dans votre famille.

Comment est fait le diagnostic ?

Le bilan pratiqué par le médecin commence par un toucher rectal pour évaluer le volume de la prostate et s’assurer que celle-ci est bien souple. Le médecin vous prescrit également une prise de sang pour doser le PSA, une substance sécrétée par la prostate dont la concentration peut augmenter sensiblement en cas de cancer. L’analyse des résultats de ces deux examens permet
au médecin de déterminer s’il faut suspecter ou non la présence d’un éventuel problème. Dans l’affirmative, votre médecin généraliste vous orientera vers un spécialiste urologue qui prescrira éventuellement des prélèvements (biopsies) de tissus au niveau de la prostate, seul examen qui permet de diagnostiquer le cancer.

Faut-il toujours traiter le cancer de la prostate ?

Du fait de l’évolution généralement lente de la maladie, une période de surveillance peut vous être proposée avant d’envisager la mise en route des traitements. Cette surveillance active s’accompagne d’un dosage du PSA tous les trois ou quatre mois et d’une nouvelle biopsie au bout d’un an. Si le cancer n’a pas évolué, une nouvelle phase de contrôles réguliers est programmée entre le médecin et le patient. Sachez toutefois que, dans 30 à 40% des cas, il faut finalement intervenir dans les trois ans de la pose du diagnostic.

Différents traitements sont proposés

Selon les cas, les traitements proposés ont pour objectifs de guérir du cancer en cherchant à détruire la tumeur et les autres cellules cancéreuses éventuellement présentes dans le corps, de contenir l’évolution de la maladie ou de traiter les symptômes afin de vous assurer la meilleure qualité de vie possible. En plus des traitements spécifiques du cancer, des soins et soutiens complémentaires peuvent être nécessaires face aux conséquences de la maladie et de ses traitements : douleur, fatigue, troubles alimentaires, besoin de soutien psychologique, etc. Ces soins de support sont assurés par l’ensemble de l’équipe soignante ou, si besoin, par des professionnels spécialisés (médecin spécialiste de la douleur, diététicien, psychologue, assistante sociale…). Le patient ne se retrouve jamais seul pour affronter sa maladie.

Source : Guide « La prise en charge du cancer de la prostate » – Haute Autorité de Santé (HAS) et l’Institut National du Cancer (INCa) – Juin 2010

 

Adresses et numéros utiles

 • Haute Autorité de Santé 2, avenue du Stade-de-France 93218 Saint-Denis La Plaine Cedex www.has-sante.fr 

• Cancer info N° d’appel : 0 810 81 08 21 (prix d’un appel local) Appel anonyme et confidentiel de 9 h à 19 h du lundi au samedi. www.e-cancer.fr/cancer-info 

• Assurance maladie www.ameli.fr / www.le-rsi.fr / www.msa.fr 

• Ligue nationale contre le cancer 14, rue Corvisart – 75013 Paris N° d’appel : 0 810 111 101 (prix d’un appel local) www.ligue-cancer.net 

• ANAMACAP Association nationale des malades du cancer de la prostate 12, rue de Partarrieu – 33124 Auros Tél : 05 56 65 13 25 – Lundi à vendredi – 9/13 h www.anamacap.fr