Accueil Santé Les troubles auditifs

Les troubles auditifs

398

Parmi les troubles de l’audition, les acouphènes (bourdonnement et sifflements dans la tête et dans l’oreille) et l’hyperacousie (hypersensibilité aux bruits normalement supportés) sont des symptômes ORL de plus en plus fréquents au sein de la population française. Entre 2 et 2,5 millions de Français de tous les âges sont officiellement déclarés acouphéniques (source : association France Acouphènes). Mais on estime que 6 à 8 millions de personnes en souffriraient en silence (soit 10% de la population Française). Environ 2% de la population présente des symptômes d’hyperacousie. L’origine de ces troubles de l’audition est multiple : Traumatisme Sensoriel Auditif (lié aux pratiques d’écoute de musique amplifiée ou au Bruit au travail), usure des mécanismes de l’oreille avec l’âge, choc émotionnel, prise de médicaments ototoxiques…

Vivre avec ces gênes ou troubles en permanence est insupportable et provoque fatigabilité, dégradation de la vie intellectuelle, physique, psychique et sociale. Ces déséquilibres peuvent parfois amener les sujets les plus fragiles ou socialement fragilisés à mettre fin à leur jour.

Longtemps considérées comme des maladies mentales, les acouphènes tout comme l’hypersensibilité au bruit sont aujourd’hui reconnus comme des pathologies ORL. Jeunes, actifs, seniors, toutes les tranches d’âge sont concernées.

Bien qu’il y ait des avancées dans le domaine de la recherche, il n’existe pas encore de traitement pour guérir les acouphènes et l’hyperacousie. Seules des solutions d’habituation ont été développées. Elles ont pour but de soulager et de soutenir les personnes qui en sont atteintes: aides auditives, médicaments, accompagnement psychothérapeutique et émotionnel (psychothérapies, sophrologie..).

Certains troubles de l’audition sont irréparables…

Selon le Docteur Pascal Foeillet, médecin ORL et Secrétaire Général de l’association JNA ainsi que le Docteur Mireille Tardy, médecin ORL phoniatre et membre du Bureau Directeur de l’association JNA affirment ensemble que « Le système auditif n’a pas la capacité à s’adapter aux évolutions des sources de bruit développées par l’homme : bruit des machines, la sonnerie des téléphones, les bruits de la circulation, la puissance des sources de musique amplifiée (MP3, Hi-Fi, vidéo embarquée)…et la particularité de notre système auditif est de rester en connexion permanente avec le Bruit.

Si les yeux ont des paupières, les oreilles sont exposées continuellement, sans protections. Le système auditif est soumis à rude épreuve et la pression acoustique peut générer son usure prématurée. Aujourd’hui, certaines pathologies de l’oreille sont irréversibles.»

A sa naissance, l’humain est doté d’un capital auditif unique pour sa vie entière. Il est donc nécessaire de le préserver en portant des protections auditives et en intégrant des temps de récupération, des pauses auditives (pause pendant laquelle l’exposition sonore est inférieure à 80 dB).

Pensant que cela n’arrive qu’aux autres et que ces autres sont avant tout des personnes âgées, les Français n’ont pas conscience de cette fragilité constitutionnelle et universelle. Ils sont dans l’illusion de penser que la médecine peut changer les pièces défectueuses de leur corps comme en mécanique pour une voiture ou un robot. Pourtant, moins bien entendre c’est prendre le risque d’être de moins en moins intelligible, en finalité de ne plus vivre avec les autres.

«On est fait pour s’entendre»

Voici donc le thème fédérateur de la nouvelle campagne pour la prochaine Journée Nationale de l’Audition. A travers ce message universel, l’association éponyme organisatrice de cette nouvelle campagne JNA, rappellera donc que pour Bien Vivre & Bien Vieillir, il est nécessaire de bien entendre.

La 17e Journée Nationale de l’Audition, programmée le jeudi 13 mars 2014 a donc pour objectif d’informer sur la nécessité de préserver son capital auditif et de maintenir ses capacités auditives quels qu’en soient les moyens (aides auditives, orthophonie…).

Un dispositif d’informations pratiques est développé pour que chacun puisse se rendre aux différentes actions de sensibilisation organisées à proximité de son domicile :

Le programme des actions d’information et de prévention (conférences, ateliers, débats, concerts pédagogiques, tests de l’audition gratuits…) organisées partout en France par l’ensemble des participants officiels est disponible sur le site internet officiel de la campagne : www.journee-audition.org. Des centaines d’initiatives avec près de 2 500 participants sont recensés chaque année.

Le 0 810 200 219 (Numéro Azur, prix d’un appel local), plateforme « Audio – Infos – Service » de renseignements téléphoniques pour savoir où se rendre pour un dépistage auditif et connaître les actions d’information et de prévention gratuites organisées à proximité de chez soi par l’ensemble des participants à la campagne. Une bonne occasion pour faire contrôler son audition gratuitement.

Le journal «Tout savoir sur mon audition » disponible chez tous les participants à la JNA 2014 et en version pdf sur le site officiel de la campagne www.journee-auditinon.org.

Les guides thématiques JNA sur l’audition, disponibles également chez tous les participants à la campagne JNA et entièrement rédigés les membres du Comité scientifique pluridisciplinaire de l’association JNA composé de 24 experts et spécialistes de l’audition en France.

Les bénéfices d’un appareillage réussi

S’appareiller, ce n’est pas simplement corriger et améliorer son audition. C’est aussi un ensemble de bénéfices qui visent à assurer une qualité de vie et un confort d’audition.

Qualité de vie

Se priver d’entendre, c’est se priver de vivre, comme le signale le sociologue Michel Billé, spécialiste des questions relatives à la vieillesse, aux handicaps et à la famille : « A travers ces pertes auditives, vieillir c’est remanier sa vie dans toutes ses composantes et c’est, plus précisément, remanier son rapport au monde, son rapport aux autres et son rapport à soi-même. Comment remanier son rapport à la nature si le chant des oiseaux s’éteint et que la forêt se fait silence ? ». Lorsque l’on n’entend plus ou que l’on distingue mal les sons, le rapport à l’environnement se trouve changé et affecte le comportement.

Le cerveau doit alors s’adapter, se réorganiser. La compréhension de la parole devient plus demandée sur le plan cognitif, au détriment d’autres fonctions qui sont abandonnées. Les personnes atteintes de troubles de l’audition ont tendance à se replier sur elles-mêmes. Grâce à l’appareillage, non seulement les capacités auditives sont améliorée, voire restaurées, mais la vie sociale reprend aussi son cours puisse qu’entendre n’est plus un effort.

Confort d’audition

Les appareils auditifs sont des dispositifs médicaux qui ne peuvent être délivrés que par un audioprothésiste diplômé d’État et dont l’objectif est d’améliorer la capacité et le confort d’audition des personnes atteintes de déficience auditive, comme la presbyacousie.

L’appareil auditif, concentré de technologie, procède à un traitement sophistiqué du son adapté aux caractéristiques de chaque malentendant contrairement à des simples amplificateurs de sons.

Les aides auditives répondent, pour le plus grand confort des malentendants, à trois principes : efficacité, miniaturisation et facilité d’utilisation. Elles se déclinent essentiellement sous forme de contours d’oreille, de mini contours avec écouteurs dans le conduit auditif et d’intra auriculaires. Les aides auditives sont aujourd’hui numériques. Cela permet à l’audioprothésiste d’effectuer des réglages précis en branchant l’aide auditive à un ordinateur et en modifiant les réglages avec des logiciels développés par les fabricants d’aides auditives. Les appareils s’adaptent à l’environnement et vont si besoin moduler les fréquences pour permettre une écoute optimale (atténuation du bruit, reconnaissance du type d’ambiance sonore, anti larsen..). Les dernières générations sont équipées de la technologie Bluetooth et procurent un confort supplémentaire d’utilisation (téléphone, télévision…).

Dans son rôle de conseil, l’audioprothésiste aide par ailleurs le patient à s’orienter vers la solution la plus adaptée à son environnement et son cadre de vie.

Ainsi, et de manière générale, les porteurs d’appareils auditifs français se montrent très satisfaits de leur appareillage, 83% d’entre eux s’estimant satisfaits du confort d’utilisation et 82% considérant l’appareil comme discret. (Étude Eurotrak France 2009 réalisé par le cabinet Anovum pour l’EHIMA).

Changer les mentalités sur l’appareillage auditif

Selon Diane Lazard, médecin Chirurgien ORL à l’Institut Arthur Vernes à Paris et Docteur en Neurosciences, « notre regard sur l’appareillage auditif doit changer, il n’est pas juste un palliatif mais pourrait bien participer à finalement rester plus jeune !».

Pour le sociologue Michel Billé « les enjeux de la prévention des déficiences sensorielles liées à l’avancée en âge se trouvent inclus dans toute cette réflexion sur ce que c’est de vieillir. Savoir, comprendre, accepter, anticiper, alerter, consulter, déjouer, compenser, la prévention est faite de tout cela ».

Ce n’est pas l’aide auditive qui « fait vieux » c’est le fait de ne pas comprendre ! Ne pas s’appareiller, c’est priver le cerveau d’informations sensorielles et donc réduire une partie de son activité.

Sources : SYNEA (Syndicat National des Entreprises de l’Audition)