Accueil Loisirs & Détente Toulon, un art de vivre

Toulon, un art de vivre

274

Toulon, port du Levant, cité méditerranéenne stratégiquement située entre Marseille et Nice, vous accueille entre mer et montagne! Au pied du mont Faron et blottie contre la plus belle rade d’Europe, Toulon dévoile ses couleurs, ses parfums et son art de vivre provençal. Ville au passé riche, elle est aujourd’hui résolument tournée vers l’avenir.

À moins de quatre heures de Paris par le TGV Méditerranée, à deux heures de Londres par avion, trait d’union quotidien entre la Corse et le continent, tous les prétextes sont bons pour vous laisser ravir par son actualité culturelle (festivals, concerts, expositions…) et sportive (rugby, randonnée, sports nautiques…).

Les origines historiques

L’histoire de Toulon s’explique par sa position géographique unique. Il y a environ 2000 ans, les marins romains découvrent un immense plan d’eau entouré de montagnes, protégé au sud par l’île de Saint Mandrier et au nord par la barrière montagneuse du Faron. Ils y fondent une colonie et se mêlent au peuple ligure, dévoué à la déesse des sources jaillissantes : Télo. Ce «mélange» donne naissance à une petite cité de la Provincia Romana, Télo-Martius, qui devient l’une des deux teintureries impériales de Gaule. Point de relâche des bateaux de commerce sillonnant la Mare Nostrum (Méditerranée), Télo, devenue Tolon s’attache à protéger ce site exceptionnel fréquemment pillé par les pirates et les Sarrasins. Des vigies ou «faro» sont érigées autour de la rade pour prévenir des dangers venant de la mer. L’un de ces «faro», le plus célèbre, donnera son nom à la montagne sur laquelle il fut construit : le mont Faron.

Architecture et monuments

Le cœur de ville de Toulon s’est agrandi au fil du temps autour de sa cathédrale. Petites constructions ocres, jaunes et roses, rues étroites et sinueuses, marché provençal. Ne cherchez pas la logique entre le port et le théâtre, l’architecture est plus cohérente au-delà ! De la place d’Armes à l’ouest à la Porte d’Italie à l’est, s’ordonnent deux ensembles de rues plus régulières bien qu’encore étroites, correspondant à l’enceinte de 1589, dite de Henri IV : cet ensemble forme la vieille ville. Elle est parsemée de monuments remarquables, preuves d’un riche passé culturel. On peut en citer quelques œuvres, dont la plupart sont classées monuments historiques : les Atlantes de Pierre Puget sur la façade de la Mairie d’Honneur; le Génie de la Navigation, statue plus connue des Toulonnais sous le nom de «Cuverville»; la Tour de l’Horloge dans l’enceinte de la base navale; le bateau-sculpture, fidèle reproduction de la proue d’un navire royal du XVIIe siècle ou encore la porte monumentale de l’arsenal datant du XVIIIe siècle et aujourd’hui déplacée pour devenir la porte d’entrée du Musée National de la Marine. La haute ville, quartier haussmannien clair et aéré, s’étale au nord de la vieilleville et regorge de monuments dont la construction fut ordonnée par Napoléon III lors de sa visite à Toulon: l’Opéra, la gare, la place de la Liberté, les nombreux immeubles bourgeois.

La petite histoire

L’histoire d’une ville comme Toulon se comprend mieux grâce à sa «petite histoire», celle des anecdotes du passé, créant encore cette atmosphère mystérieuse des ruelles du centre ancien. Toulon, c’est un héritage insolite. C’est faire un voyage dans le temps. C’est l’histoire du bagne flottant évoqué par Victor Hugo dans les Misérables. C’est de cet enfer que s’échappa Vidocq avant de devenir chef de la Sûreté à Paris. Toulon, c’est aussi se replonger au cœur des rues étroites dans le quartier de «Chicago», se remémorer ces jeunes femmes un peu particulières surnommées «les petites alliées»…La petite histoire c’est encore le Toulon du début du siècle dernier, avec ses railles (bandes d’enfants, «minots» de la rue) qui sillonnaient la vieille ville et les quartiers, ou bien le grand-père «moccot» (Toulonnais de souche) qui raconte les souvenirs de la «Belle époque».

Toulon, ses musées

Le Musée National de la Marine

Place Monsenergue – 04 22 42 02 01

Véritable mémoire de l’arsenal, il illustre la tradition maritime en Méditerranée par une exceptionnelle collection de modèles de vaisseaux et galères. Après d’importants travaux de scénographie en 2012, il a rouvert ses portes avec un nouveau parcours des collections permanentes.

Le Musée Mémorial du Débarquement

Sommet du mont Faron – 04 94 88 08 09Le nouveau parcours muséographique du débarquement de Provence, inauguré en 2017, dispose de 600 m² d’espace d’exposition dans lesquels 200 objets de collection et de nombreux supports multimédias sont réunis pour faciliter la compréhension de cet événement historique peu connu du grand public.

Magnifique panorama et tables d’orientation sur la plate-forme supérieure du fort.

Le Musée d’Art

113, Bd Maréchal Leclerc – 04 94 36 81 01

Fleuron du patrimoine culturel toulonnais, il abrite un fonds d’art ancien et moderne, contemporain, asiatique et photographique. Il dispose d’une bibliothèque mais une partie de celle-ci propose un « cabinet d’exposition partielle ». A l’entresol, une mezzanine accueillant un cabinet de dessins et de photographies. Le musée propose en outre plusieurs espaces à vocations spécifiques : un cabinet de curiosités, une salle de lecture consacrée à l’art régionaliste (complétant l’offre de Chalucet), un lieu dédié à la médiation culturelle ainsi que des espaces de bureau et de conservation.

Musée d’histoire de Toulon et sa région

10 rue Saint-Andrieu – 04 94 62 11 07

Dans le bâtiment de l’ancien évêché de Toulon, la Société des Amis du Vieux Toulon gère une bibliothèque, un musée d’art et d’histoire locale. Entrée gratuite.

Maison de la Photographie

Place du Globe – 04 94 93 07 59

Expositions temporaires de photographies : des photographes plasticiens contemporains alternent avec des expositions thématiques plus orientées sur l’histoire de Toulon et ses environs.Entrée gratuite.

Musée des Arts Asiatiques Villa

J. Verne – 106, Bd Pelletan – 04 94 36 83 13

Ce musée propose une exposition permanente de collections d’art acquises en Extrême-Orient, en Inde, au Tibet et dans le sud-est asiatique par des collectionneurs français. Entrée gratuite.

Hôtel des Arts

236 Bd Maréchal Leclerc – 04 83 95 18 40

Ce musée d’art moderne accueille des expositions temporaires de divers artistes contemporains. Il affiche une ambition internationale, le plaçant parmi les lieux à visiter dans le parcours culturel allant de Marseille à Menton. Entrée gratuite.

Museum d’Histoire Naturelle

Parc Départemental du Las – 607 chemin du Jonquet – 04 83 95 44 20

Les collections du Museum recouvrent les principales disciplines naturalistes : entomologie, botanique, ornithologie, mammalogie, minéralogie et paléontologie. Bibliothèque scientifique accessible aux naturalistes et chercheurs (sur rendez-vous). Entrée gratuite.

Toulon, un art de vivre

La rade et la base navale

L’histoire de la base navale débute vers 1490, date à laquelle sont formés les premiers équipages pour les vaisseaux du Roi. A la Darse Vieille aménagée sous Henri IV (1589), s’ajoutera la Darse Neuve de Vauban (1679).C’est l’arsenal de la marine Royale à voile. L’extension principale a lieu au milieu du XIXe siècle, à l’apogée de la marine à vapeur et des grandes expéditions coloniales du Second Empire puis de la IIIe République en Méditerranée et en Orient. Les darses de Castigneau (1852) et de Missiessy (1862) triplent la surface du port militaire. Toulon devient le premier port militaire de Méditerranée et abrite la Préfecture de la 3ème région maritime qui couvre les côtes françaises de Méditerranée.

Aujourd’hui, la base navale est une «ville dans la ville» et s’étend sur 268 hectares et 10 km de quais, dispose de 30 km de routes et abrite une trentaine de bâtiments de la Force d’Action Navale (Frégate Aviso, lance-missiles, sous-marins et le porte-avions Charles de Gaulle). Elle n’est pas ouverte aux visiteurs. Toute l’année, les bateliers situés sur le port proposent la visite commentée de la plus belle rade d’Europe. Ce circuit maritime permet d’approcher la base navale et les bâtiments de la Marine Nationale, le cimetière marin, le port de La Seyne-sur-Mer et les anciens chantiers navals, la corniche balnéaire deTamaris, la baie du Lazaret et ses parcs à moules, les Sablettes, la presqu’île de Saint-Mandrier, la longue digue qui ferme la rade à l’est, les fortifications (Eyguillette, Balaguier, St Louis, Tour Royale). La rade de Toulon accueille également les bateaux au départ pour la Corse et est un port d’escale croisière incontournable de la côte méditerranéenne.

Le Mourillon et les plages

Situé au sud-est de la ville, le quartier du Mourillon est un véritable village dans la ville. Son église, son marché, sa poste et ses petits commerces contribuent à son ambiance. Face à la mer et aux bains Sainte Hélène, de belles demeures bourgeoises entourées de parcs et jardins aux essences ramenées d’expéditions lointaines font du Mourillon le quartier chic de Toulon et ce, depuis la fin du siècle dernier. C’est aussi le lieu de prédilection pour des balades en famille (plages et jardins paysagers, rues commerçantes) et pour les sorties en soirée (bars et restaurants le long du littoral et dans les petites rues typiques du quartier). C’est enfin le cadre des manifestations thématiques locales comme la Fête des coquillages et de la mer, la Nuit des pêcheurs ou encore l’embrasement du Fort Saint Louis (feu d’artifice tiré chaque 15 août).

Le littoral du Mourillon représente 7 hectares de plages de sable, 9 hectares de jardins paysagers, 1300 places de parking gratuit, une base nautique, des bars et restaurants les pieds dans l’eau (tous rénovés en 2001). Les plages du Mourillon sont, tout au long de l’année, l’un des lieux préférés des toulonnais et de leurs hôtes.Les grands et les petits y trouvent leur bonheur pour la pratique d’activités sportives (mini-golf, terrain de volley, kayak de mer, sports de voile…).Plus sauvages et secrètes, les criques du Cap Brun et de la Mître se cachent à l’ombre de grands pins parasol. On les découvre en empruntant le sentier des douaniers qui longe la côte. Les anses de Méjean et de Magaud, serties de cabanons de pêcheurs, charment par leur tranquillité et leur authenticité.

Le mont Faron

Montagne phare (Faro en provençal) des Toulonnais, le mont Faron domine fièrement de ses 584 mètres de calcaire blanc la rade de Toulon. Loin d’en être le point culminant, il n’en reste pas moins le plus célèbre des monts toulonnais (Faron, Coudon, Caume, Baou des quatre Aures, Gros Cerveau). Falaises et restanques illuminées de soleil, garrigues odorantes, forêts de chênes kermès et de pins d’Alep, bouquets de genêts éclatants et parterres de fleurs multicolores, symphonie de cigales…sous un ciel d’azur. Que l’on y accède par téléphérique (le seul du littoral méditerranéen) ou par route, le sommet du mont Faron enchante tous ses visiteurs.

Aux portes de la ville, ce site, unique et préservé, offre une grande variété d’activités de pleine nature : randonnée, GR, VTT et escalade pour les sportifs de tous niveaux, aires de pique-nique et de jeux et un panorama à vous couper le souffle ! S’étendent à vos pieds Toulon, la rade, la côte des Îles d’Or à la Ciotat, la Méditerranée à perte de vue, les cimes des monts toulonnais et l’arrière-pays jusqu’à la Sainte-Baume… Reflet de toute la faune et la flore provençale, les monts toulonnais sont, au même titre que la rade qui a fait la réputation de la ville, le lieu incontournable de détente et de découverte. L’Office de Tourisme organise tout au long de l’année des sorties guidées nature sur les monts Toulonnais ainsi que des balades pour jeune public, encadrées par un guide accompagnateur en moyenne montagne.

Sources et crédit textes : www.toulontourisme.com – Office de Tourisme de Toulon – 12 Place Louis Blanc, 83000 Toulon – Tél: 04 94 18 53 00