Accueil Bien-Être Sommeil et rythme de vie, un équilibre indispensable

Sommeil et rythme de vie, un équilibre indispensable

206

Un sommeil de qualité est un gage d’équilibre psychique,  émotionnel  et  physique.  Et  cela  tient avant tout à une bonne hygiène de vie et à la régularité des rythmes de veille et d’activité.

Avec l’âge, le sommeil évolue

Globalement  plus  léger,  le  sommeil  se  caractérise  par  l’allongement progressif de la phase d’endormissement (qui  peut  atteindre  45  minutes  à  80  ans),  par  des  réveils  à  l’issue  de  chaque  cycle  de  90  minutes.  On  a  alors  l’impression  que  ce  sommeil  entrecoupé  est  de  mauvaise  qualité,  qu’il  n’est  pas  réparateur,  alors  que,  souvent, il est tout à fait suffisant. Deux tiers des 55 ans* et plus se plaignent des difficultés qu’ils ont à s’endormir et de leurs fréquents réveils nocturnes. Enfin,  plus  on  prend  de  l’âge,  plus  on  a  tendance  à  se  coucher plus tôt, vers 21 h ou 21 h 30, pour se réveiller vers 4 ou 5 heures du matin. Il est alors inutile de rester au lit, mieux vaut choisir une activité agréable pour bien démarrer la journée.

Un rythme de vie régulier pour mieux dormir

Il  est  possible  d’optimiser  la  qualité  de  son  sommeil.  D’abord,  en  se  créant  des  repères,  un  rythme  de  vie  régulier : se coucher et se lever à peu près à la même heure, maintenir trois repas par jour et avoir des journées bien remplies. Et si, après déjeuner, vous ressentez une petite  fatigue,  une  sieste  sera  la  bienvenue.  Mais  pas  plus  de  20  minutes,  sinon  elle  nuirait  à  la  qualité  de  votre sommeil nocturne.

Saviez-vous   que,   pour   bien   dormir,   il   est   aussi   recommandé de s’exposer à la lumière naturelle, surtout celle  du  matin  ?  Oui,  elle  synchronise  notre  horloge  biologique et structure nos rythmes de sommeil. Et l’exercice physique – ce n’est un secret pour personne –  est  également  excellent.  Mais  si  vous  ressentez  des  tensions   corporelles,   les   activités   de   relaxation   et   d’étirement, telles que le yoga ou le tai-chi-chuan vous aideront à vous détendre. Écouter de la musique ou lire, cela  vous  aidera  aussi  à  vous  endormir  car  répéter  le  même rituel chaque soir aide à conditionner au sommeil.

Quant aux excitants tels que le café, le thé, les sodas à la caféine, cigarettes, ils sont à bannir après 17 heures. Enfin,   vous   pouvez   profiter   également   des   ateliers   sommeil proposés par votre caisse de retraite.

Des troubles du sommeil à prendre au sérieux

Il  existe  de  véritables  pathologies  du  sommeil  dont  souffre  un  grand  nombre  de  personnes.  L’insomnie  est  une des plus répandues : elle touche 40 % des plus de 75  ans*  et  peut  avoir  des  conséquences  sur  le  bien-être,  notamment  des  difficultés  de  concentration,  des  troubles  de  l’humeur,  de  la  mémoire,  mais  aussi  une  somnolence diurne. Certaines insomnies peuvent révéler d’autres  problèmes  de  santé  –  douleurs,  hypertension,  troubles  hormonaux,  dépression…  –  pour  lesquels  il  faut consulter son médecin traitant.Quant  au  syndrome  d’apnée  du  sommeil  (SAS),  c’est  une interruption de la respiration (jusqu’à 30 secondes d’affilée) et qui peut se produire de 400 à 700 fois par nuit.  Les  personnes  qui  y  sont  sujettes  ressentent  une  immense fatigue et connaissent de nombreux épisodes de somnolence au cours de la journée. Un des facteurs aggravants  de  l’apnée  (et  du  ronflement  en  général),  c’est  la  prise  de  poids  et  la  mauvaise  hygiène  de  vie.  Si  vous  en  souffrez,  sachez  qu’il  existe  à  l’hôpital  des  consultations dédiées à l’apnée du sommeil. Enfin,  le  syndrome  des  jambes  sans  repos  –  à  savoir  des  crampes,  des  fourmis,  une  chaleur  excessive  –  touche  4  %**  de  la  population  française  et  perturbe  considérablement le sommeil. Si vous êtes atteint d’une de  ces  pathologies,  il  est  important  de  consulter  votre  médecin traitant.