Accueil Beauté La sécheresse ...

La sécheresse buccale

185

Saviez-vous  que  la  salivation  peut  diminuer  avec  l’âge  ou  avec  la  prise  de  certains  médicaments  ?  Si  vous  êtes  dans  ce  cas,  voici  comment  éviter  les  désagréments  d’une  sécheresse de la bouche.

Qu’est-ce que la sécheresse de la bouche?

La sécheresse buccale, aussi appelée «xérostomie», est liée  à  une  diminution  de  la  quantité  de  salive  produite  (hyposialie) et/ou à un changement de composition de la salive (salive plus visqueuse par exemple). Temporaire ou   permanente,   la   xérostomie   peut   être   isolée   ou   associée  à  une  sécheresse  des  yeux  et  du  vagin,  voire  de la peau et de la muqueuse digestive (on parle alors de syndrome sec).

L’impression   de   manque   de   salive   ou   de   bouche   sèche est diversement appréciée et ressentie selon les personnes.  Certaines  présentent  une  hyposialie  (faible  production  de  salive)  sans  sensation  de  sécheresse  buccale.  À  l’inverse,  d’autres  personnes  disent  avoir  la  bouche  sèche,  sans  toutefois  qu’il  y  ait  diminution  objective de la quantité de salive produite.

Les symptômes de la sécheresse buccale

La  personne,  atteinte  de  sécheresse  de  la  bouche,  présente  des  symptômes  liés  notamment  à  l’absence  de salive sous la langue, où ce liquide est normalement présent en abondance :

• sensation d’avoir la bouche et/ou la gorge collantes et sèches ;

• lèvres     fendillées     et     langue     sèche,     parfois     anormalement rouge ;

• impression  de  brûlure  ou  d’irritation  de  la  bouche,  surtout pendant l’absorption de nourriture épicée ;

• soif accrue.La personne se plaint également :

• d’une  diminution  de  la  perception  du  goût  des  aliments (dysgueusie) ;

• de difficultés à mastiquer et avaler (dysphagie) ;

• de troubles de la parole avec problèmes d’élocution (dysphonie) ;

• de difficultés dans le port de sa prothèse dentaire.

Quand une personne a la bouche sèche, une affection consécutive peut apparaître :

• des infections dans la bouche ( mycose buccale) ;

• une  accumulation  de  débris  alimentaires  entre  les  dents,  sur  les  muqueuses  et  dans  les  éventuelles  prothèses ;

• une mauvaise haleine ou «halitose» ;

• une maladie des gencives (gingivite) ;

• des caries dentaires.

Les causes de la sécheresse buccale et du manque de salive

Plusieurs   mécanismes   peuvent   intervenir   dans   la   diminution  de  production  de  la  salive  (hyposialie)  :  manque  d’apport  d’eau,  destruction  plus  ou  moins  importante des glandes salivaires ou perturbation dans leur fonctionnement.

L’hyposialie est observée dans les situations suivantes :

• Le  vieillissement:  avec  l’âge,  les  glandes  salivaires  fabriquent moins de salive.

• Un   épisode   de   déshydratation   :   en   cas   de   déshydratation  et  en  l’absence  de  réhydratation,  la  sécheresse buccale perdure.

• La  prise  de  médicaments  :  de  très  nombreuses  substances   peuvent   être   en   cause   dans   un   manque de salive : antihistaminiques, anxiolytiques, antidépresseurs    et    neuroleptiques,    diurétiques,    certains   antalgiques,   antiparkinsoniens   (prescrits   contre  la  maladie  de  Parkinson,  anticholinergiques  (qui   soignent   des   affections   diverses   comme   les  vomissements  ou  la  maladie  de  Parkinson),  antispasmodiques,       antihypertenseurs       (contre       l’hypertension   artérielle),   médicaments   prescrits   dans les chimiothérapies anticancéreuses…

• Certaines maladies chroniques: la sécrétion de salive est  parfois  diminuée  dans  les  situations  suivantes  :  les maladies auto-immunes comme le syndrome de Gougerot-Sjögren,   responsable   d’une   sécheresse   des yeux, de la bouche et des muqueuses génitales.

Cette affection survient surtout chez la femme entre 40 et 60 ans, de façon isolée ou associée à d’autres pathologies auto-immunes (polyarthrite rhumatoïde, lupus  érythémateux  disséminé,  etc.),  le  VIH/sida,  le  diabète,  la  maladie  rénale  chronique,  la  maladie  d’Alzheimer, après une radiothérapie de la tête et/ou du  cou  (causant  souvent  une  sécheresse  buccale  importante  par  destruction  des  glandes  salivaires),  après   l’ablation   chirurgicale   d’une   ou   plusieurs   glandes salivaires.

Soignez votre hygiène bucco-dentaire en cas de sécheresse de la bouche

Le manque de salive favorise les caries, les gingivites et les candidoses buccales. Pour les éviter, suivez quelques conseils :

• Après chaque repas et avant d’aller dormir

– Nettoyez votre bouche et vos dents avec une brosse à poils  souples.  Utilisez  un  dentifrice  fluoré  deux  fois  par  jour. Brossez aussi votre langue en douceur. Utilisez du fil dentaire ou des brossettes interdentaires pour terminer.

– Rincez-vous la bouche avec une solution d’eau salée (chlorure  de  sodium)  ;  sans  aucun  danger  si  elle  est  avalée  par  mégarde,  on  l’utilise  en  gargarisme  ou  en  badigeon, en tamponnant avec une compresse de gaze.

–  Une  solution  d’eau  additionnée  de  bicarbonate  de  sodium (diluer 1 cuillère à café dans un verre d’eau) est aussi utilisable en badigeon, en bain de bouche ou en gargarisme. Le bicarbonate pourrait atténuer l’acidité liée à la sécheresse buccale. Cependant, une baisse du taux d’acidité est aussi susceptible de favoriser la croissance des bactéries. Pour choisir le produit qui vous conviendra le mieux, demandez conseil à votre chirurgien-dentiste. Dans  tous  les  cas,  évitez  les  solutions  contenant  de  l’alcool.

– Gardez vos lèvres humides en appliquant un baume à base d’eau.

– Nettoyez soigneusement vos prothèses dentaires après chaque repas  à  l’aide  d’une  brosse  à  poils  durs  et  de  dentifrice.  Demandez à  votre  chirurgien-dentiste  si  ce  nettoyage est suffisant.

–  Utilisez un gratte-langue (vendu dans  le  commerce)  ou  à  défaut,  une  cuillère  en  plastique  inversée  pour  améliorer l’haleine.

– Une substance lubrifiante (vaseline officinale) peut être appliquée sur les dents pour éviter les frottements avec les muqueuses et la langue.

• Au cours de la journée, évitez les grignotages (surtout sucrés) car ils augmentent le risque de caries et de gingivite.

• Consultez   régulièrement    un    chirurgien-dentiste    afin de conserver une bonne santé bucco-dentaire.  Une mauvaise santé bucco-dentaire peut avoir des conséquences graves chez les personnes âgées.  Il est  important  de  consulter  son  chirurgien-dentiste  pour la préserver.

La consultation médicale pour sécheresse de la bouche

Lors de  l’entretien  médical,  le  médecin  traitant  évalue  l’importance  de  la  sécheresse  buccale  et  la  gêne  ressentie. Il fait le point sur les médicaments pris par son patient et il l’examine.

Pour    identifier  le  manque  de  salive,  le  médecin  peut  pratiquer  des  tests  approximatifs  mais  simples  comme  le  «test  au  sucre».  Pour  cela,  il  évalue  la  vitesse  de  fonte  dans  la  bouche  d’un  morceau  de  sucre  calibré  (un  morceau  de  sucre  n°4  placé  sous  la  langue  fond Devenez Fan de Seniors Région sur Facebook 14normalement en 3 mn).

Parfois, d’autres examens sont prescrits, à savoir :

• une  mesure  du  débit  de  salive  (sialométrie)  non  stimulé  et  stimulé  (stimulation  par  exemple  par  du  jus de citron gardé en bouche) ;

• une analyse chimique de la salive ;

• une échographie des glandes salivaires ;

• exceptionnellement, une scintigraphie des  glandes  salivaires, pour analyser leur fonctionnement ;

• des examens sanguins (recherche d’auto-anticorps comme  le  facteur  rhumatoïde)  et  une  biopsie  des  glandes  salivaires,  si  une  maladie  auto-immune  est   suspectée   (syndrome   de   Gougerot-Sjögren,   polyarthrite     rhumatoïde,     lupus     érythémateux     disséminé, etc.)

Par  ailleurs,  en  cas  de  bouche  sèche,  un  rendez-vous  chez le chirurgien-dentiste est indispensable tous les 3 à 4 mois. Cela permet de rechercher d’éventuelles caries ou une maladie des gencives.

Le traitement de la sécheresse buccale

Le  traitement  dispensé  en  cas  de  sécheresse  de  la  bouche vise à :

• faciliter  l’alimentation  et  l’élocution  pour  améliorer  le quotidien ;

• prévenir les troubles bucco-dentaires.

Il peut prendre plusieurs formes selon les cas.

Le traitement de la cause du manque de salive

Lorsqu’une hyposialie (baisse de la production de salive) apparaît  comme  effet  secondaire  d’un  médicament,  le  médecin peut proposer :

• d’arrêter la prise du médicament en question ;

• si l’arrêt est impossible, de  réduire  les  doses  à  prendre ou de les répartir différemment (ex. : quantité administrée en plusieurs prises quotidiennes au lieu d’une seule) ;

• de  remplacer  la  substance  prescrite  par  une  autre,  présentant un moindre risque d’hyposialie.

Diminuer la sécheresse buccale peut aussi passer par le traitement de l’affection responsable de cette sécheresse (déshydratation, lupus érythémateux disséminé…)

Le  traitement  local  :  bains  de  bouche,  substituts  de  salive, lubrifiants de la bouche

Lorsque   la   salive   manque,   le   traitement   consiste   d’abord  à  appliquer  un  certain  nombre  de  mesures  hygiénodiététiques  au  quotidien.  Le  médecin  traitant  doit s’assurer que la personne boit suffisamment chaque jour.

Il  peut  aussi  prescrire  des  substituts  de  salive  et  des  lubrifiants buccaux, à renouveler au moins toutes les 3 heures et à utiliser aussi avant les repas et au coucher. Ces produits  se  présentent  sous  la  forme  d’un  liquide  à  pulvériser  ou  d’un  gel.  Ils contribuent  à  hydrater  la  muqueuse   buccale,   selon   le   degré   d’assèchement   et  d’inconfort.  Cependant, aucun  d’eux  ne  remplace  totalement la salive naturelle : ils ne possèdent pas ses propriétés protectrices, et leur effet reste de courte durée.

Des bains de bouche bicarbonatés peuvent être prescrits pour  diminuer  l’acidité  de  la  bouche  et  prévenir  la  survenue d’une mycose de la bouche.

Les médicaments en cas de manque de salive

Ils  servent  à  augmenter  la  production  de  salive  par  les  glandes salivaires, en cas d’insuffisance des traitements locaux.  Ces  médicaments  ne  sont  efficaces  que  si  les  glandes salivaires sont encore capables de sécréter de la  salive  (on  parle  de  «fonction  salivaire  résiduelle»).  On ne les donne donc pas si les glandes salivaires sont totalement  détruites  (par  exemple  après  chirurgie  ou  radiothérapie).

Deux types de médicaments peuvent être prescrits pour stimuler la production de salive.

La pilocarpine

Elle  augmente  la  sécrétion  de  salive  chez  les  patients  qui  peuvent  encore  en  produire.  Ce  médicament  a  une  efficacité  démontrée.  Néanmoins,  cette  substance  provoque   parfois   des   effets   secondaires   gênants   (hypersudation,  douleurs  abdominales,  nausées,  maux  de tête, vertiges…), qui limitent son usage.

L’anétholtrithione

Ce  médicament  a  des  effets  secondaires  (diarrhée,  coloration   foncée   des   urines)   et   son   efficacité   est   modérée.

Les soins bucco-dentaires en cas de sécheresse de la bouche

Pour   protéger   les   dents   et   prévenir   les   caries,   le   chirurgien-dentiste peut :

• appliquer du vernis fluoré sur les dents ;

• conseiller l’utilisation d’un gel à haute dose de fluor ou d’un dentifrice contenant des fluorures.

Afin  d’éviter  une  maladie  des  gencives  (gingivite  puis  parodontite), il pratique aussi un détartrage régulier.

Enfin, il recommande parfois l’usage d’un gratte-langue pour corriger une mauvaise haleine.

Sources et Crédit textes : www.ameli.fr/assure/sante/themes/secheresse-bouche/